Idrissa SECK à CENTRAL PARK

Publié: 29 septembre 2010 dans Uncategorized

Lobservateur : Mercredi 29 Sep 2010

A CENTRAL PARK FACE A SES PARTISANS : Ce que Idy a réellement dit

C’est le site Yolele.com qui a repris l’entretien que Idrissa Seck a accordé, jeudi dernier, à ses partisans qui s’étaient rassemblés au Central Park. L’Obs revient sur certains extraits pour éclairer les Sénégalais sur les réactions que les propos du maire de Thiès ont suscitées notamment auprès de Me Wade.

«Il y a une première chose que l’Etat a fabriquée contre moi en m’accusant de détournement de deniers publics. J’ai répondu à ça de façon claire et sans équivoque. J’ai dit d’ici à l’extinction du soleil, personne ne trouvera chez moi un centime dont l’origine n’est pas propre ou licite. Même si les investigations devaient s’étendre à la planète entière et même à l’univers entier. Je l’ai dit face à un Etat qui m’accusait, qui avait son appareil de propagande, sa gendarmerie, sa police, ses commissions rogatoires, son arsenal juridique. Mais à l’arrivée : non-lieu. Nous n’avons même pas une phrase qui peut remettre en cause l’honorabilité de Idrissa Seck. Le degré de violence avec laquelle l’Etat m’a attaqué, s’il y avait quelque chose de possible dans cette affaire, ça vous aurait été dit. Et j’ai dit à tous ceux qui étaient autour du dossier que je n’ai rien à dire là-dessus parce que, dès le premier jour, j’ai dit que l’histoire des fonds politiques est claire. Dans tous les Etats du monde, il y a des fonds politiques, qui sont remis, du fait de la loi, à la discrétion exclusive du chef de l’Etat. Qu’il dépense sans avoir à en rendre compte. J’ai dit que j’en avais la gestion. J’agissais directement sur les instructions du président de la République. Ces fonds ont été regardés en long et en large, là aussi, même conclusion, strictement rien d’illégal n’a pu m’être reproché. J’ai dit que, dans le cadre de l’amélioration de mes moyens d’intervention politiques et sociales, ce que j’en ai reçu est allé dans ces directions. Ma parole est simple et invariable. Maintenant, la propagande adverse peut raconter ce qu’elle veut. C’est cette propagande adverse qui sera abaissée et ma parole élevée. Il n’y a pas un point sur lequel je me suis dédit. Ma parole est restée constante et stable. Et elle ne changera pas. Maintenant, qu’il y ait autour des aboiements d’adversaires désireux de me détruire pour mettre quelqu’un d’autre, c’est possible. Mais, il n’y a qu’une seule chose qui soit belle, c’est la vérité. Et c’est cette vérité que je vous ai annoncée le premier jour, lorsque la Dic s’est présentée chez moi. J’ai dit, d’ici à l’extinction du soleil, ils n’auront d’autre voix que de dire non-lieu.»

Appartenance au Pds

«J’ai dit que cette formation politique qu’est le Pds est la mienne. C’est ma famille politique naturelle. Et j’ai choisi un 4 avril, jour de l’indépendance nationale, pour dire que je demande votre suffrage et ma famille politique sur laquelle je compte m’appuyer est le Pds. Mais le Pds au sens des hommes et des femmes qui partagent mes valeurs, qui y sont qu’ils soient majoritaires ou cachés. Je n’ai pas varié. Il n’y a que la vérité qui est belle.»

Descente aux enfers

«Quand Macky Sall est venu me voir, lorsqu’on a commencé à lui faire des histoires, je lui ai dit d’abord, on ne t’a encore rien fait. Tu n’as pas encore goûté la moitié de ce que les gens avaient ourdi contre moi et dont tu faisais partie. Tu en faisais partie, parce que tu pensais que c’était toi qui allais me remplacer. Mais ce n’est pas pour toi qu’il le faisait, encore moins pour Cheikh Tidiane Gadio. Il l’a fait pour une seule personne. Car l’amour qu’il a pour moi, ça ne peut être que pour lui, et pour personne d’entre vous. Quand je disais qu’il voulait tuer le fils d’emprunt pour installer le fils biologique qui d’entre vous m’avait cru ? Maintenant, personne n’en doute. Mon retour au Pds va rendre très difficile ce projet de dévolution monarchique du pouvoir. Je ne dis pas que ce projet est éteint, mais sera difficile à réaliser.»

Retour au Pds et stratégie de communication

«Il n’y a absolument aucune possibilité que Idrissa Seck accepte ou ne se batte pas contre un projet anti-démocratique. Le Pds dont j’appartiens est basé sur deux piliers : la démocratie et le respect de l’intérêt national. Je ne m’intéresse pas à un intérêt de clan d’une famille ou d’un groupe. J’approuve tout ce qui est convenable et je condamne tout ce qui est condamnable avec une grande liberté.

La stratégie politique, c’est dire les choses au moment où il faut les dire. Aucune pression ne me fera changer ma stratégie de communication. Je communiquerai aux Sénégalais et ils m’entendront. Le moment venu.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s